top banner ads

Tesla Model 3 – Voyage Montréal New York, retour d’expérience

Date:

Je vous relate ici l’expérience d’un premier voyage avec ma Tesla Model 3 LR. Il s’agit d’un trajet entre Montréal et New York. J’ai parcouru un total de 1288 kilomètres avec mon véhicule électrique. Donc, 644 km pour atteindre New York et 644 km pour le retour vers Montréal.

Tesla ce n’est pas qu’une voiture, c’est un système intégré

Lorsque l’on fait un premier voyage en tesla, c’est là où nous prenons toute la mesure de cette voiture. Ce n’est pas qu’une voiture. C’est aussi un système, qui intègre l’infrastructure de bornes de recharge rapides et évidemment le logiciel qui gère cette voiture électrique. Au final, c’est une approche totalement différente dès les voitures thermiques. Tout est conçu autour du logiciel et de l’infrastructure de recharge (Superchargeur).

Ce qui change avec une voiture électrique, c’est la façon de concevoir les déplacements. Évidemment, il n’est plus question de chercher une station-service. Ici nous sommes plutôt à la recherche de bornes de recharge.

Pas de stress, le système de navigation de Tesla vous informe quand et où recharger votre véhicule électrique

Si vous possédez une Tesla, le système de navigation intègre le réseau de superchargeur. Lorsque vous créez votre itinéraire, l’ordinateur de bord vous indiquera les arrêts et le temps nécessaire pour recharger votre véhicule électrique. Vous pouvez aussi ajouter des arrêts si vous estimez que vous arrivez au superchargeur avec un niveau de charge qui ne vous convient pas.

Lorsque vous quittez votre domicile et que vous saisissez votre point d’arrivée sur l’ordinateur de bord, votre Tesla calculera automatiquement les arrêts nécessaires pour recharger votre véhicule électrique.

Chacun des points d’arrêts aux Superchargeur est indiqué sur le système de navigation. Environ cinquante kilomètres avant l’arrivée au superchargeur prévu sur votre trajet, votre voiture électrique préparera la batterie, ce qui permettra d’optimiser la recharge. Avec une batterie préconditionnée, votre Tesla se rechargera plus rapidement, ce qui vous évitera de perdre du temps. 

Aux États-Unis, Tesla convertit automatiquement les limites de vitesse en km/h

Ah oui, petit détail, lorsque vous franchissez la frontière, vous pouvez passer au système impérial manuellement. En revanche, votre automobile convertira la limite de vitesse des routes américaines en km/h. La conversion est parfaite, aussitôt qu’il y a une modification de la vitesse maximale, la conversion en km/h s’affiche à l’écran de votre automobile.

Voitures électriques et conditions hivernales

Pour ceux qui connaissent bien la route Montréal New York, vous savez que nous traversons le parc des Adirondacks. Dans cette zone de l’autoroute 87 il y a peu de service et donc, pas de superchargeur. Il y a bien sûr quelques chargeurs conventionnels, un ou deux chargeurs rapides, mais rien de plus. Si vous faites cette route l’hiver, il vaut mieux respecter les arrêts suggérés par votre système de navigation. En hiver, si vous désirez traverser le parc confortablement arrêtez-vous au superchargeur de Plattsburgh New York.

Consommation de ma Tesla Model 3 lors du voyage Montréal New York

Les conditions climatiques lors de ce voyage étaient plutôt idéales. Une température entre 4 et 14 degrés Celsius, un vent avec des bourrasques maximales de 19 km/h et un gain d’altitude d’environ 1100 mètres. Sur le trajet de New York, la consommation totale a été de 100 kWh et au retour de 105 kWh. Ce qui donne une consommation moyenne d’environ 155 Wh/km.

Le coût total aller-retour pour l’utilisation des superchargeurs a été de 75$ canadiens. À ce montant, je dois ajouter la recharge effectuée avant le départ à la borne chez moi, environ 8$. Le coût total en énergie pour ce voyage a été de 90$. Ce qui est tout de même assez économique.

Le système de superchargeurs de Tesla, un incontournable

Les propriétaires de Tesla ne sont évidemment pas obligés d’utiliser les superchargeur de Tesla. Il est toujours possible d’utiliser un adaptateur CCS ou chademo, cependant, l’intégration des superchargeurs au système de navigation des Tesla est évidemment un atout vraiment intéressant.

Inutile de rechercher des stations de recharge, votre Tesla préparera et optimisera votre batterie tout en vous guidant vers le lieu où vous rechargerez votre voiture électrique. Bref, ce système est assez bluffant.

Les arrêts aux superchargeurs lors de ce voyage Montréal – New York

Si vous possédez une Tesla longue autonomie, en été deux arrêts suffisent. Par contre, au mois de mars et selon l’ordinateur de bord, à mon arrivée il me restait tout juste 10%. Comme je ne désirais pas recharger ma TM3 avant le départ de la grosse pomme j’ai fait un arrêt supplémentaire au New Jersey 30 minutes avant l’arrivée.

Tesla Model 3 trajet Montréal – New York

Lorsque j’ai quitté Montréal, la batterie avait une pleine charge (100%). Un premier arrêt fut nécessaire à Saratoga Spring. La traversée du parc des Adirondacks fut agréable et malgré le gain en altitude de 1000 mètres, à l’arrivée au superchargeur de Saratoga, la batterie indiquait 19%. Nous avons parcouru un total de 349 km avant cet arrêt.

Arrêt de 16 minutes au cours duquel la batterie passe de 19% à 67% (ajout de 37.47 kWh). Cette recharge suffit amplement pour arriver à la prochaine étape, le superchargeur de Kingston NY. Cette station est située à 100 km au sud d’Albany. Une pause de 7 minutes permet d’ajouter 15.80 kWh (36%-56%). Ce qui en principe nous permettrait d’arriver à New York avec une batterie à 10%.

Comme je vous le mentionnais, je ne voulais pas chercher une station de recharge à New York. J’ai donc décidé de faire un arrêt supplémentaire à Lodi pour arriver à destination avec au moins 50% d’autonomie restante. Le superchargeur de Lodi se situe à environ 20 minutes du pont George Washington. L’une de portes d’entrée de Manhattan. Au cours de ce dernier arrêt, nous avons ajouté 23.74 kWh. En clair, la batterie passe de 29% à 60%.

La durée totale de ce voyage a été de 8 heures 44 minutes ce qui inclue tous les arrêts et évidemment les embouteillages à l’arrivée à New York. Si nous excluons les arrêts, mais évidemment pas les bouchons, c’est 7 heures 32 minutes de conduite.

Tesla Model 3 Trajet New York – Montréal

Pour le retour vers Montréal, le scénario était légèrement différent. La pause au superchargeur de Lodi nous aura permis de parcourir 130km avant le premier arrêt à New Paltz Plaza. À cet endroit, 15 minutes suffiront pour ajouter 31.90 kWh (24% – 65%).

L’arrêt suivant, Queensbury, tout près de Glens Falls. Dernier arrêt avant de traverser le parc des Adirondacks. Un arrêt plus long, 26 minutes où nous ajoutons 46.66 kWh. Comme pour le trajet vers New York, en principe 2 arrêts suffisent avec la TM3 LR. En revanche, le système de navigation de l’auto m’indique une arrivée avec une batterie à 2%. Ce qui est à mon avis très optimiste.

Nous avons donc fait un dernier arrêt de 7 minutes au superchargeur de Plattsburgh. Cette pause nous aura permis d’ajouter suffisamment d’énergie pour terminer le voyage confortablement.

Pour le retour, la durée totale a été de 7 heures 57 minutes incluant les arrêts. La durée de conduite a été de 6 heures 47 minutes. Aucun bouchon ou incident sur la route. En revanche, la température était plus fraiche sur la dernière portion du trajet, environ 2 degrés. Ce qui explique sans doute la consommation énergétique qui a été légèrement plus élevée sur le retour (105.54 kWh vs 99.73 kWh).

L’utilisation du pilote automatique de la Tesla Model 3

Comme vous le savez, la Tesla possède un pilote automatique de base. Ce système de conduite assistée maintient le cap et la vitesse. Certes ce n’est pas véritablement un pilote automatique, mais lorsque vous utilisez ce système la conduite est plus relaxante.

J’utilise le pilote automatique de Tesla uniquement sur l’autoroute. Et je dois dire que je garde toujours le pied sur l’accélérateur et la main sur le volant. J’ai déjà vécu un épisode de freinage fantôme et je dois dire que ce n’est pas vraiment agréable.

Au cours de ce voyage, j’ai utilisé le pilote automatique environ 40 à 50% du trajet sur l’autoroute 87. C’est assez surprenant comme ce système s’avère être un atout intéressant pour le conducteur. Comme je le mentionnais, le pilote automatique permet au chauffeur d’être plus détendu. Sur un trajet de plusieurs centaines de kilomètres, vous arrivez moins fatigué.

Le pilote automatique n’est pas parfait, mais c’est un système qui est constamment amélioré par Tesla. Et je pense que dans quelques années, ce système sera beaucoup plus avancé et permettra au conducteur de retirer ses mains du volant pendant de longues périodes.

La durée du trajet Montréal New York en voiture électrique

La durée totale du trajet vers New York a été de 7h30. Ce qui exclue les arrêts, nous sommes arrivées en heure de pointe un jeudi. Pour le retour vers Montréal de nous avons roulé 6h46. Au final, la durée est similaire à un véhicule à combustion. Il faut aussi prendre en compte le temps de recharge qui a été de 35 minutes pour le trajet vers New York et de 48 minutes au retour.

Les inconvénients de voyager en voiture électrique

Il y a tout de même quelques inconvénients à voyager en voiture électrique. Tout d’abord, l’autonomie de la voiture est souvent limitée, surtout par temps froids. Cela signifie que vous devez vous arrêter plusieurs fois pour recharger votre véhicule électrique. Ensuite, le coût d’achat d’une voiture électrique peut être prohibitif pour certaines personnes.

Enfin, l’infrastructure des voitures électriques n’est toujours pas aussi développée que celle des voitures à combustion. Cela signifie que dans certaines régions, vous pouvez parfois avoir de la difficulté à trouver des stations de recharge. Un voyage en voiture électrique demande parfois plus de planification qu’une voiture à combustion.

Je vous suggère de simuler votre trajet avec le système de navigation de votre Tesla ou voiture électrique. Vous pouvez aussi utiliser une application comme ABRP pour planifier votre trajet. Cette application intègre nos seulement les superchargeur, mais aussi les bornes rapides et de niveaux 2 de plusieurs systèmes de bornes canadiens et américains. La version premium de ABRP estimera votre autonomie en fonction de la température et des rafales de vent.

Malgré ces inconvénients, je pense que les voitures électriques sont l’avenir des transports. Elles sont plus respectueuses de l’environnement, et à mesure que la technologie s’améliore, elles deviennent de plus en plus performantes. J’adorerais voir plus de voitures électriques sur la route, et j’espère que cette tendance se poursuivra dans les années à venir.

Cette première expérience de voyage en Tesla fut concluante. Les superchargeur sont nombreux et très rapides. Il n’y a donc aucune crainte que la voiture manque d’énergie. Au contraire, vous devez même faire attention de ne pas trop recharger votre Tesla, question de limiter les coûts lorsque vous utilisez les stations de recharges. Dans l’ensemble, l’expérience de ce premier voyage en Tesla était géniale.

Benoit Descary

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partagez cet article

spot_imgspot_img

Les plus lus

Articles similaires
Related

Comment partager une adresse directement de votre iPhone à votre Tesla ?

Savez-vous que vous pouvez partager une adresse de destination...

Augmentation du prix du Model 3 en France pendant ce temps au Canada

Tesla a récemment augmenté le prix de son Model...

Tesla CarPlay : Vous pensez acheter une Tesla et vous aimez CarPlay ? Voici ce qu’il faut savoir

Le dilemme Tesla CarPlay s’impose lorsque vous décidez d’acheter...

L’application Tesla prend en charge les notifications cliquable

Les propriétaires de tesla model 3 peuvent maintenant interagir...